La conscience de l’amour 4/7

bannière-inscription-eveil-

La conscience de l’amour

Prendre conscience

de l’amour afin

de savoir aimer

 

 

 

La conscience de l’amour

Je n’ai jamais entendu personne me définir l’amour avec autant de réalisme qu’il m’ait été ensuite donné de ressentir l’extase. Certes, j’ai lu de nombreux livres, des romans, des histoires absolument fantastiques, mais aucune d’entre elles ne m’a permis de me sentir transporté au point d’en changer ma façon de vivre.

J’ai aimé, enfin, je crois que j’ai aimé. J’ai été aimé, je pense que ce fut de l’amour, mais aussi étrange que cela puisse paraître, je ne suis toujours pas arrivé à définir ce qu’est l’amour. Je serais au jour d’aujourd’hui incapable de traduire le sens du mot amour.

Je pourrais en parler des heures, raconter des anecdotes, pleurer d’émotion à l’évocation d’un souvenir extraordinaire, mais mon cœur restera perplexe.

Le doute préexistera toujours.

Parfois je me suis rendu compte que l’amour prenait un sens nouveau quand il était interrompu. Quand la mort achevait une histoire d’amour, quand elle brisait le cœur de celui qui vit, alors tout d’un coup, l’amour semblait s’installer dans l’âme du vivant.

On pouvait se rappeler, sentir combien nous avions aimé et combien nous avions été aimés. Tout d’un coup, nous pouvions faire croître cet amour, l’encenser et le déifier presque.

N’est-ce pas étrange que ce comportement de l’être humain ?

Peut-être le mien seulement, cela ne m’avait pas vraiment traversé l’esprit, mais c’est en effet peut-être un comportement que je serais le seul à ressentir ?

L’amour, je le voyais comme quelque chose de protecteur, de salutaire, de béni et de transformateur. Mais quand on me protégeait par amour, cela me rendait malheureux, j’étouffais, je me sentais prisonnier.

Et si l’amour n’aimait pas. Si comme le dit l’écriture l’amour était inconditionnel. Au fond, la seule traduction qu’on pourrait lui attribuer, serait de lui donner cette nouvelle définition : l’amour est !

Dans ce cas, si l’amour est, il ne peut aimer ni être aimé.

Car il se diviserait, finirait par préférer l’un ou l’autre.

Dire que l’amour est, c’est admettre qu’il est en toute chose.

Il est partout, en tous lieux, en toute circonstance, en toute intimité et en même temps partout présent. Présent au passé, présent au présent et présent au futur.

Cet amour qui n’aime pas, n’en éprouve pas le besoin, sinon il serait narcissique. S’il est amour et qu’il est, alors je n’ai plus besoin d’être aimé, car je suis l’amour.

Quel paradoxe n’est-ce pas ?

Alors qu’est-ce que l’amour réellement, de quoi parle t-on exactement ?

 

Encore une fois nos croyances nous limitent

Cet amour universel, inconditionnel dont on parle en spiritualité n’est rien d’autre que le vide, ce que nos scientifiques d’hier considéraient comme vide ne l’est pas.

Ce vide qu’est l’espace est en fait rempli d’énergie, non perceptible par notre système de vision. La NASA à mesuré ce vide et y à trouvé quelque chose.

Ce quelque chose est partout, il baigne chaque particule et traverse tout.

Est-ce cela dieu ?

Est-ce cela la source d’amour inconditionnel ?

Je ne saurais répondre à cette question, toujours est-il que l’amour tel que nous le concevons et le consommons, n’est pas l’énergie universelle.

L’amour tel que le conçoit l’humanité est un acte de pouvoir, de soumission et d’emprisonnement.

Le manque d’amour est un mal bien curieux qui se traduit par un manque de reconnaissance, d’être, d’exister dans le regard de l’autre.

L’amour filiale est un amour égoïste qui étouffe celui qui le reçoit, on aime que nos enfants soient tel que l’on rêve qu’ils soient, alors que l’on devrait leur apprendre à être ce qu’ils sont.

L’amour inconditionnel, universel est une énergie à haute vibration, elle est simplement, elle s’accepte en soi et remplace la peur qui n’est que le résultat du manque d’amour universel.

Si vous cherchez l’amour, vous vous sentirez très mal, car personne ne peut vous le donner, vous l’apporter, vous seul pouvez accepter de le recevoir et cet amour n’est émis que par une seule source…

 

Aimer quelqu’un est un acte égoïste, un acte de pouvoir, de possession, qui conditionne des règles humaines bassement vibratoires, il engendre la peur de perdre l’objet de son amour, de construire des murs et des murailles pour y enfermer celui ou celle qu’on aime afin que personne ne puisse nous le voler.

 

L’amour inconditionnel ce n’est pas cela, et il n’est nul besoin de l’autre pour aimer et être aimer.

Aimer c’est aider l’autre à s’aimer, l’aider à se connecter à cette source intarissable, l’aider à devenir unique, libre.

Jésus disait :

« Aimez-vous les uns les autres comme je vous aime »

Jésus nous aime en nous livrant son enseignement, en nous faisant prendre conscience de ce que nous sommes, des enfants de Dieu, c’est dans le partage que réside le véritable amour, dans la tolérance et l’acceptation de la différence.

Cela est valable pour aimer les autres, mais pour soi également, car nul ne peut aimer de cet amour sans être cet amour.

Voilà le message du Christ et du Bouddha avant lui.

 

Voyez encore ici il nous faut considérer quelle est l’illusion…

 

Selon vous qu’est-ce que l’amour ?

 

Suivez le fil des 5 articles sur la prise de conscience

bannière-inscription-eveil- banièrre-468x60-abon-conf

Incoming search terms:

    Comments

    commentez sur Facebook

2 Commentaires

  1. Bonjour Enzo,
    L’amour est source d’espoir et de désespoir, de bonheur et de souffrance, de pardon et de rancune, de liberté et de dépendance, altruisme et égoïsme, un vrai paradoxe quoi. C’est donc assez compliqué.
    J’essaie de garder un rapport très modéré avec l’amour, j’essaie de ne pas trop m’impliquer(attacher) émotionnellement, de peur de souffrir (en parlant de relation amoureuse).

    • Bonjour Rima,

      Oui tu as raison, l’amour dont tu parles est source de paradoxe, de contradiction
      car il est basée sur la peur et l’ignorance, sur le manque.

      L’amour inconditionnel est liberté, énergie et sans condition, il accepte tout
      mais il à aussi ces règles et la première c’est justement de n’avoir besoin de rien,
      de se suffire à soi.

      Tu exprimes la peur de t’attacher, l’amour inconditionnel n’est pas attachement,
      il est délivrance, quand tu aime l’autre de cette manière, tu as pour objectif
      de le rendre libre, de partir, de rester, de t’aimer ou pas, d’ACCEPTER CE QUI EST…

      Le chemin que tu poursuis se dévoile à toi petit à petit et tu apprendras à aimer
      en toi, pour toi et pour tout ce qui est, alors tu ne seras plus dans le manque
      et la peur disparaitra.

      A bientôt Rima

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

bannière-inscription-eveil-