éveil spirituel ou état dépressif

bannière-inscription-eveil-

 

la spiritualité

spirituel, la spiritualité, éveil spirituel.
vivrez votre éveil spirituel et epanouïssez-vous

 éveil spirituel

J’ai entre 40 et 50 ans et je déprime

Je n’ai plus goût à rien

Ma vie ne me satisfait pas pourquoi ? 

éveil spirituel

 

 

 

 

Chaque chose évolue dans l’univers. Cette évolution est caractérisée par un changement d’état perpétuel. L’arbre fruitier évolue, d’une graine il devient arbre puis au bout d’un certain nombre d’année il est prêt à produire des fruits, à chaque saison il sera au rendez vous et suivra son cycle, il continuera à pousser et deviendra encore plus grand, plus puissant et si l’on n’y prend pas garde ses fruits deviendront plus amers car l’arbre utilisera sa force pour pousser vers le haut plutôt que de donner le meilleur de lui-même par des fruits juteux et délicieux. C’est pour cela que nous devons le tailler et quelque fois le ceinturer pour limiter sa pousse.

 

Nous obéissons aux même règles, d’abord enfant ou nous sommes dans l’amour, puis adolescent ou nous expérimentons, ou nous rejetons, puis adulte ou nous nous responsabilisons et nous créons notre famille, voilà ce que nous sommes en surface.

 

Mais qu’en est-il de l’esprit ?

 

Notre esprit aussi évolue et l’age de 40 ans correspond à la maturation de celui-ci.

Nous ressentons alors une grande remise en question, qui suis-je, dans quel état j’ère.

 

Comme l’arbre notre esprit est prêt à produire ses fruits et c’est là une question que peu d’entre nous se posent, habitués à une vie matérielle nos questions et nos réponses restent du même ordre, c’est à dire encré dans la matière.

Pourtant l’esprit s’exprime, se révèle à nous, il se manifeste en n’éprouvant plus de plaisir à faire tel ou tel chose. C’est à ce moment que nous nous sentons déprimé, fatigué, plus rien ne nous intéresse.

Le chemin de l’éveil spirituel

Commence pour certains le besoin de se plonger dans le passé, faire un point sur sa vie, mais il n’en ressort rien, faire une psychanalyse qui va durer des années, mais il n’en ressort rien, déménager, divorcé, changer de métier, mais il n’en ressort rien.

Alors l’homme se referme sur lui-même et devient aigris, c’est de la faute de la société, si je n’avais pas fait de mauvais choix, si j’avais trouvé ma voie.

 

L’homme n’entend pas l’appel de son être intérieur qui à besoin d’être reconnu et de grandir à son tours. L’homme est comme l’arbre qui arrivé à maturité est prêt à donner ses fruits.

Si l’homme s’ouvrait à son être intérieur, il pourrait fleurir, donner des fruits, partager son savoir, alors il ressentirait à nouveau du bonheur et pourrait s’épanouire dans une nouvelle forme de vie.

 

La dépression est pour moi le symptôme que vous êtes mûre pour concevoir une autre forme de vie, non matériel, c’est un état d’éveil spirituel. Votre esprit réclame la reconnaissance.

 

Pour la psychiatrie conventionnelle, la dépression, comme tous les troubles psychiques, ne peut avoir que trois sortes de causes : biologiques, sociologiques ou psychologiques, excluant toute cause spirituelle, pourtant prioritairement et systématiquement invoquée dans la plupart des sociétés traditionnelles anciennes.

La maladie, comme le cancer, et autres maladies graves son le résultat d’un manque de reconnaissance du soi, de son être intérieur.

 

Quand arrive le moment et que nous persistons à ne pas s’écouter et à pousser notre être dans le chemin matériel de la vie, comme un adolescent il se révolte :

 

–        Tu ne m’écoute pas, ok, et maintenant que tu es malade, tu me vois maintenant ?

 

Dans les grandes épreuves de la maladie, plus rien ne compte, que la vie. Nous sommes prêts à prier, à écouter, nous envisageons la mort et nous nous souvenons de Dieu, de notre âme, de notre esprit. Finalement ce petit malin sait y faire n’est-ce pas ?

 

Avez vous déja entendu parlé d’éveil spirituel ?

 

Vous êtes vous préparé à accepter d’entrevoir votre enfant intérieur, à le laisser grandir en vous ?

 

Cet enfant n’est pas vous petit, c’est votre esprit, et il à peur, il ne sait pas comment vous dire qu’il est là, il à besoin d’être accueilli, rassuré, il est tout jeune.

Imaginez-vous quand vous étiez enfant, ce que vous ressentiez, votre esprit, votre âme ressent la même chose.

C’est pire encore car quand vous étiez petit vous étiez reconnu puisque vous existiez physiquement. Votre âme n’est pas reconnue physiquement, imaginez sa frustration quand elle éprouve le besoin de se joindre à vous et que vous ne répondez pas.

Vous êtes aujourd’hui à un age mûre, capable de distinguer le bien du mal, capable de reconnaître le véritable amour, ne fermer pas la porte à cet enfant intérieur qui à besoin de vous pour grandir et s’épanouire.

Votre être intérieur va vous apporter une richesse inouïe, vous allez explorer avec lui un monde nouveau, connaître des émotions différentes de tous ce que vous avez connu jusqu’à présent.

Vous aller également lui apprendre à se tenir, à être bon, à respecter des règles, à se corriger.

Voilà c’est tout cela l’éveil spirituel, comprendre que maintenant que votre vie matérielle vous a apporté la maturité suffisante votre mission est de répondre favorablement à cet enfant qui est en vous et à cheminer ensemble en apprenant l’un à l’autre ce que le ciel et la terre ont à se dire.

 Quelques précisions :

Les âmes qui habitent ce monde sont plus ou moins élevées, certain d’entre nous ont contact avec leur esprit alors qu’ils sont très jeunes, c’est le destin de jeunes artistes bien souvent ou de prodige dans tel ou tels domaines.

Encore une précision :

Celui qui vous empêche de rentrer en contact avec votre être intérieur se nôme l’égo et il réside dans votre intellect, il fait un tel vacarme que vous ne pouvez entendre l’appel de cet enfant timide qui vous aime et qui à peur de vous déranger.

C’est pourquoi je vous disais dans un précédant articles que votre pire ennemie est votre intellect.

Comprenez ceci, votre égo sait que si vous reconnaissez votre enfant intérieur, votre esprit, votre âme, il disparaîtra petit à petit, c’est sa fin. Voilà pourquoi votre égo vous trompe, voilà pourquoi il vous pousse dans le passé et vous enfonce dans la dépression, il ne veut tout simplement pas mourir. C’est humain non ?

 

Mon cadeau pour vous :

 

J’aimerais vous livrer ce poème qui n’est pas de moi et que vous voudrez bien lire en vous adressant à vous-même.

 

 

Je te donne l’impression que je suis fort,
je te donne l’impression que je suis sécure,
que tout est ensoleillé en moi à l’intérieur
comme à l’extérieur.

Que “confiance” est mon nom et que “calme”
est mon surnom.

Que la mer est paisible et que c’est moi le
maître.

Que je n’ai besoin de personne et que je
m’arrange tout seul…

Mais ne me crois pas, je t’en supplie, écoute
ce que je ne dis pas…

 

Regarde-moi, tout semble bien aller ; je fais
un visage sévère ou je ris tout le temps,
mais sous mon vrai masque toujours changeant
qui me cache, là est mon vrai moi, mon moi
confus, apeuré, seul, mais je le cache depuis
si longtemps.

Personne ne doit le savoir, mes faiblesses me
font peur, alors je joue au plus fort et j’ai
peur que l’on découvre ce petit enfant
enfermé en moi, qui a tellement soif d’amour
et de tendresse et qui aurait le goût de
pleurer.

 

Alors, je me protège contre toi, j’ai peur
d’être découvert.

 

J’ai peur de baisser dans ton estime alors je
fais semblant d’être un autre en te disant
par mon attitude “ne m’approche pas”.

Et pourtant, je voudrais que tu approches.

 

J’aurais besoin de t’ouvrir mon coeur mais
j’ai peur que tu ries de moi.

Et si tout à coup tu riais de moi, ton rire
me ferait mourir et l’enfant blessé en moi
s’en remettrait très difficilement.

J’ai peur.

J’ai peur de ma fragilité et j’ai peur de ton
regard, j’ai peur que tu découvres qu’au fond
de moi, je ne suis rien et que je suis si
tendre, si fragile, si faible là où toi tu
parais si fort.

J’ai peur que tu voies que je ne suis qu’un
petit enfant blessé sous ma carapace.

Un petit enfant qui a refoulé ses larmes
depuis si longtemps.

J’ai peur que tu le voies et me rejettes.

Alors je joue mon jeu, je fais semblant, je
me durcis, je fais des farces, je joue mon
jeu de théâtre avec mon décor d’homme fort,
mon décor extérieur de sécurité.

Et pourtant, à l’intérieur, je tremble.

Je tremble comme un enfant fragile.

C’est pour cela que je m’amuse à te parler de
n’importe quoi.

Je te dis des riens et je te parle de tout,
sauf de ce qui crie en moi.

Je te parle de tout sauf de mon coeur, sauf
de ma blessure qui saigne.

Mais je t’en supplie, ne te laisse pas
tromper par mon attitude froide, ou fermée,
ou trop superficielle.

Je t’en supplie, écoute mon coeur qui ne
parle pas, mais qui aimerais tant pouvoir le
dire pour me libérer.

Car toi seul pourrait me faire croire que je
vaux vraiment quelque chose, qu’il y a du bon
en moi et que quelqu’un pourrait m’aimer pour
moi-même.

Je voudrais m’ouvrir à toi.

Je voudrais être spontané, tendre et vrai ;
car au fond, je déteste me cacher et jouer ce
jeu de masques que je joue depuis si
longtemps.

Je voudrais être moi-même mais je n’ose pas,
j’ai peur.

J’ai peur de ne pas être accepté.

J’ai peur d’être jugé, rejeté, et je suis
enfermé derrière les barreaux de ma prison
intérieure et ne sais plus comment ouvrir la
porte.

Alors je t’en supplie, approche-toi
doucement… il faut que tu m’aides.

Écoutes ce que je ne dis pas et aime-moi
derrière mon masque.

Peut-être que par ton amour inconditionnel
qui capte au-delà des apparences et des mots,
peut-être qu’avec lui j’apprendrai à aimer la
personne que je suis !!! *

Ce poème est produit par :

Editions Succes – La Petite Fontaine   Case postale – 1197 Prangins – Suisse

 

Je vous souhaite de trouver votre enfant intérieur, et de vous sauver tous deux en vous reconnaissant tel que vous êtes vraiment.

 

Merci de me laisser un commentaire, j’en ai besoin, j’ai besoin de sentir que vous avez aimé ou pas, mais que j’ai été utile au moins ça

 

Merci pour vos impressions c’est en dessous

bannière-inscription-eveil- banièrre-468x60-abon-conf

Incoming search terms:

    Comments

    commentez sur Facebook

29 Commentaires

  1. Bonsoir Enzo…

    La dépression…S’amener au bord du précipice, et se laisser mourir. Regarder ce qui reste d’essentiel, scruter son cœur, sentir l’appel comme juste avant de partir.

    Comme il est important de regarder la dépression comme un appel oui. La mort d’un état, d’une illusion j’ai envie de dire…

    Je veux rebondir sur l’égo qui ramène au passé…pour moi, si le passé remonte sans cesse, ce n’est pas une tromperie de l’égo.

    Il y a là un message à décrypter pour intensifier sa présence ici et maintenant. Quelque chose resté en suspension? Un sentiment refoulé, un rêve avorté, une blessure non refermée…

    Il n’y a décidément pas d’ennemi dans ma vision, comme il n’y a pas de diable, je sens ça au fur et à mesure que j’avance.

    Il y a du discernement à avoir oui, de la vigilance c’est certain…et comme dirait un bouddhiste…demande-toi qui parle en toi?

    Qui parle? Quelle information est-ce que je peux en tirer pour progresser? Pas du mental ici non, plutôt Accueillir, Ecouter, Ressentir…aspects féminins de l’être.

    En te lisant, “l’homme n’entend pas l’appel de son être intérieur”, j’avais envie de dire “L’homme ne s’est pas ouvert à sa femme intérieur, à l’essence féminine de son être. Et l’enfant intérieur ne naît-il pas de cette union profonde et sincère?”

    Bien à toi, bonne nuit!
    Cathy de Poulettesurlenet Articles récents…Comment l’aider à exprimer sa colère?My Profile

    • Bonjour Cathy,

      Tu as l’art et la manière d’élever le débat et je t’en remercie.
      L’ego, le mental, la pensée, l’intellect, tout ce qui fait du bruit dans la tête, ce n’est pas le soi.
      C’est nous quand même, il ne s’agit pas de tuer le mental, mais de ne plus le laisser dominer nos vies.

      Quand je rentre dans un lieu public, type bar, ou les gens parlent fort, je ressorts de suite car je ne supporte pas ce brouhaha.

      Le silence c’est la paie, et cet état nous permet de percevoir que dans ce silence il y a des couleurs, des murmures, des sons intérieurs, c’est la résonance de notre être, de notre âme, de notre esprit.
      Voila pourquoi il est important de faire taire l’ego, le mental.

      Quant au passé, si nous descendons dans le passé pour guérir, pour en tirer des leçons, sans culpabilité, sans jugement, c’est un bon exercice et qui plus est qu’avant toute démarche spirituelle, il faut passer par-là.

      L’aspect féminin, oui tu as raison, nous sommes à la fois homme et femme, de plus le principe féminin est pour les civilisations anciennes la mère de toute chose, la déesse et non un Dieu.

      Une âme unifiée est constituée des deux principes, le yin et le yang, le féminin et le masculin.
      Dans l’incarnation nous sommes désunifié en tant qu’homme ou femme et quelques êtres rares rencontrent leur âme soeur sur terre.
      C’est dans l’Ascension que nous retrouvons notre moitié et notre unité.

      Ce qu’il faut savoir c’est que dans l’incarnation nous sommes reliés à notre âme soeur, et tu as raison de dire qu’il faut s’ouvrir au principe féminin.
      Le principe féminin ouvre l’accès au ressentie, à l’intuition, à l’amour universel.

      Pour te dire, sans me justifier, je cherche à travers cet article et les autres à éveiller des consciences qui n’ont pas encore accepté de suivre un chemin spirituel.

      Mon blog : éveil personnel coaching, résume tout dans son appellation.

      J’ai beaucoup hésité à parler ici de spiritualité, mais je ne peux concevoir un bon développement personnel autrement qu’en intégrant cette dimension spirituelle.

      La loi d’attraction, pur produit du développement personnel, implique d’avoir la foi.
      La foi est le premier pas vers la spiritualité, elle en est l’essence même.

      Alors développement personnel spirituel ou non ?

      Voila ce que j’essaye de démontrer sur ce blog, mais ce qui va suivre précise beaucoup plus cet aspect.
      Dès la semaine prochaine.

      Au plaisir Cathy

  2. Bonsoir Enzo,
    En passant par Hannah, je suis arrivée ici…
    Je te remercie pour ce cadeau en poème qui me parle, je m’y retrouve si bien !
    Eh oui, je suis “en dépression” et ta phrase me plait bien car je ne pense pas être folle :

    “La dépression est pour moi le symptôme que vous êtes mûre pour concevoir une autre forme de vie, non matériel, c’est un état d’éveil spirituel. Votre esprit réclame la reconnaissance.”

    Je suis tout simplement en train de m’éveiller… la spiritualité aide et semble nécessaire à toute évolution de l’âme ; mais j’ai encore beaucoup de mal à “grandir”, je suis trop dans mon “enfant intérieur”, je régle et dénoue les noeuds, pourvu que cela se fasse rapidement car j’ai déjà 56 ans, il est temps d’être heureuse enfin, et vivre ma vie d’adulte !

    Merci Enzo, quel plaisir de te lire et d’apprendre comment “guérir” de ses souffrances si profondes… Le chemin est long tout de même.

    Belle soirée

    AMM

    • Bonsoir Anne Marie,

      Quel beau prénom, il résonne en moi.

      Si tu savais à quel point ton témoignage compte pour moi, à quel point je reçois ton amour.

      Je ressens aussi de l’inquiétude et je voudrais te rassurer, tu es sur le bon chemin, ta souffrance fait surface pour guérir, c’est un message de paie, ressent le comme cela car ce n’est pas autre chose.

      Je t’invite à revenir lire l’article que je vais écrire tout de suite et qui m’a été inspiré après une méditation avec mon guide.
      C’est une discussion entre l’adulte et l’enfant.

      Et encore une fois Anne Marie soit heureuse de ta situation et surtout ressent de la gratitude envers toi car c’est toi qui à décidé d’être là, et c’est tellement beau de prendre conscience.

      A bientôt Anne Marie
      Ne t’arrête jamais

      Enzo

      • Merci Enzo,

        Ton message me fais du bien et me rassure un peu car en ce moment je prend du TRYPTOCALM (prescrit par mon employeur et médecin a qui j’ai dit que je ne voulais pas d’antidépresseur pour rester éveillée et bien ressentir les émotions) ; ça va plutôt mal, mais je ne lâche pas en si bon chemin, je suis si en colère et je rejette tout, bien dans la solitude, mais j’essaie tout de même de continuer mon travail…
        Si seulement je pouvais m’aimer, et avoir de la gratitude pour moi, comme tu me le conseilles !!!
        Quel est cet article dont tu parles
        A bientôt Enzo
        Belle soirée
        AMM

  3. Bonsoir Enzo,
    tu as raison de dire qu’il faut calmer son mental pour entrevoir les portes du chemin spirituel. Ensuite, chacun son chemin puisque chacun trouve ses outils en fonction de ce qu’il attire dans sa vie.
    a bientôt
    Nadia
    Nadia Articles récents…Alimentation santé plutôt que régime amaigrissantMy Profile

  4. Bonjour Enzo,

    Il me semble que le texte que tu as mis à la fin de ton article évoque un aspect capital pourquoi tant de gens sont perdus, en déprime, … la peur.

    Tant que quelqu’un vit dans la peur (et dieu sait s’il y en a, et dans tous les styles), il aura peur, et aura bien du mal à aller de l’avant, et tout particulièrement dans les domaines liés à ses peurs.
    Si tu as des peurs, ne sois pas étonné que celles-ci se réalisent.

    Changeons donc d’état d’esprit, transformons “ces peurs et pourquoi” en “confiance et comment”. Ayons confiance, confiance en la vie, …
    Alors cet éveil dont tu parles pourra se réaliser naturellement.

    Plein de confiance à tous,

    Jean-Louis
    Jean-Louis Articles récents…Achat d’un terrain, comment bien choisir son terrain à bâtirMy Profile

    • Bonjour Jean Louis,

      Oui j’aime « confiance et comment ».
      C’est l’état d’esprit qu’il faut rechercher.
      Mais avant il faut guerir et prendre conscience de ses peurs.

      Merci de ton passage

  5. Bonsoir Enzo,
    Très touchant et très vrai ce poème.
    Ce que nous voyons des adultes, c’est leur
    faux self. Celui-ci s’appuie sur le désir de
    cacher le noyau dur, celui où résident les
    blessures.
    il n’y a pas de vie spirituelle possible dans le faux self
    puisque celui-ci est issu de la dualité et l’éveil c’est
    l’unité.
    il faut cependant être très fort pour arrêter
    d’investir le faux self et surtout arrêter de défendre
    cet enfant blessé mais plutôt l’accueillir.
    hannah@technique Tipi Articles récents…Être heureux, cela s’apprend: 18 blogueurs et 6 experts vont tenter l’expérience au Booster-GalaMy Profile

    • Bonjour Hannah,

      Tu as raison de souligner qu’il faut une certaine force pour évoluer dans ce sens.
      J’aimerais souligner qu’avec le temps et l’aide de la foi en nos guides
      cette force grandit chaque jours.
      Cependant tout le monde n’est pas prêt à prendre ce chemin en profondeur,
      donc à chaqu’un de prendre ce dont il à besoin.
      Une simple information, savoir que c’est possible peut suffir.

      Au plaisir

  6. Salut Enzo,
    hé hé, on voit de nouvelles têtes ici…
    Ce que tu dis de la maladie est fort juste et m’a fait de suite penser à ça:
    « Point n’est besoin d’attendre la fin douloureuse d’un proche ou le choc d’une maladie incurable pour nous obliger à reconsidérer notre existence » (Sogyal Rinpoché).
    Le poème est magnifique, mais qui l’a écrit?
    Merci à toi pour cet article et à tous pour la richesse des commentaires.
    Je suis tout ému de découvrir la tournure plus spirituelle de ce blog. Un blog comme celui-ci manquait vraiment à la toile, et tu la peins avec de si belles couleurs.
    Je ne peux que t’encourager à continuer dans ce sens!
    Bien à toi
    Daniel

    • Bonjour Daniel,

      Oui ce blog prend une tournure que je n’imaginais pas au début.
      Mais je reste sur mon objectif ; aidez à la prise de conscience, à l’éveil.
      merci pour tes encouragements

      Bye

  7. Que dire!? Je suis conquise par vos efforts. Par ma propre experience, je me sens toute seule face à mon propre éveil, et d’être tombée aujourd’hui sur votre blog par hasard, une grande satisfaction s’éveille en moi pour votre partage. Je ne peux que vous encourager dans vos démarches et partages, et c’est sûr que je vous suivrai à partir d’aujourd’hui.Judy

    • Bonjour Judy,

      C’est un immense plaisir de vous recevoir et de vous répondre.
      Le hasard… c’est quoi ???
      Je vous remercie pour vos encouragements et j’espère encore vous
      apporter toute la lumière dont vous avez besoin pour éclore et vous épanouir.
      De plus c’est d’époque, c’est le premier jour du printemps.

      Au plaisir de vous lire

  8. La peur, voilà le mot.
    Je vis avec depuis toujours… j’ai pourtant la foi, le désir d’en finir avec cette vie si obscure remplie de peurs qui me gâchent tout.

    • Bonjour Emmanuelle,

      Oui voilà un sérieux sujet qui nous handicap tous.
      La peur est naturelle et nous protège, mais,
      mal comprise, mal gérée elle devient le frein principal
      à notre évolution.
      Je reviendrais sur la peur dans un prochain article
      C’est un thème qu’il faud détailler et comprendre en profondeur
      pour mieux cerner ce qui le plus souvent nous empêche d’avancer
      et tout simplement de nous réaliser.

      @ bientôt pour plus de détails

      PS: vous vous êtes inscrite au coaching hebdomadaire gratuit
      et vous avez bien fait, l’un des points que je travail sur
      ce programme c’est justement les différents sujets de blocage
      liés aux peurs et aux croyances limitantes.

  9. wow !!ça promet tout ça mais une petite question ,comment vaincre le pouvoir de l’ego sur nous,comment naisse l’ego ,car il y ‘a des gens qu’il n’handicape pas et d’autre qu’il tue carrément!!!je veux me débarrasser de l’ego !!!!!!!au secours.

    • Bonjour Alice,

      L’égo est aussi un ami, c’est toi, enfin une partie de toi,
      vouloir s’en débarrasser, c’est lutter contre soi même.

      Pour équilibrer les choses en toi,
      il suffit de cultiver l’humilité,
      mais avant il est bon de prendre
      conscience de qui tu es.

      L’égo, comme la peur sont des
      éléments indispensables, ils font
      partie de nous, c’est notre état d’esprit
      qui si il est parfaitement équilibré,
      fait que nous serons en mesure de maîtrisez
      tout notre être et ses composante.

      Le manque de connaissance de soi,
      de ce qu’est un être humain est à
      l’origine de bien des maux.
      C’est la dessus qu’il faut évoluer.

      @ Bientôt alice

  10. bonjour
    je trouve très agréable de lire une telle page, cela réchauffe le coeur .
    je pense qu’il est intéressant de réveiller les consciences endormies
    merci

  11. Bonsoir,

    Que dire, si ce n’est que je suis tombée par hasard sur ce blog où je dirais plutôt que ce n’est pas un hasard…
    Je suis à la recherche de mon moi intérieur…la peur…peut-être cela qui m’y empêche, va savoir!
    Pourtant j’ai la foi, je suis plutôt connectée…mais il me manque quelque chose…
    Merci pour ce poème

  12. Merci pour ce partage, j’ai vraiment apprécié votre texte magnifique, je vous suivrais désormais, comme quoi une navigation par “hasard” apporte de très belles rencontre encore merci et je vous encourage à continuer

    • Bonjour Gisèle,

      Merci pour ce beau commentaire, vous avez également un beau blog
      riche en énergie du coeur, je vais également m’interresser à vous.

      Le hasard est la réponse de l’univers à un besoin de rencontre et d’échange.
      Les familles d’âme se rassemble Gisèle, je ne connaît pas la flamme violette,
      mai cette couleur domine chez moi, je vais m’y interresser grâce à vous.

      Merci belle factrice de poster cette invitation 🙂

  13. J’ai un petit garçon de 7 ans qui rit quand on se met en colère. En lisant ce texte je l’ai compris. Mais ça pose vraiment problème avec la maîtresse, le directeur de l’école, et autres adultes !
    Quant à moi, je n’ai pas eu d’enfance, j’ai dû grandir très vite car mes parents n’étaient pas “à la hauteur”. Par ailleurs je me suis fait violée à l’âge de 6 ans et mon adolescence a été un enfer. J’étais si seule, depuis si longtemps…
    Bref ! Grâce à mon enfant j’arrive progressivement à me “connecter” à l’enfance. Mais avant cela c’est moi qui l’ai fait grandir trop vite ! Il est déjà très mature ! Dieu merci il n’a pas perdu son rire d’enfant et il aime toujours jouer encore et encore.
    Toujours est il que je ne sais pas encore ce qu’est un enfant intérieur. Peut on le rencontrer par la méditation ? Méditation que j’ai d’ailleurs du mal à mettre en place !… Est ce une habitude qu’on doit avoir comme se laver les dents ? J’espère que cette question ne vous paraîtra pas trop incongrue !
    Merci par avance de bien vouloir me répondre.

    • Bonjour Nadia,

      La paix ton âme réclame.
      Pardonner est le premier pas pour s’aimer à nouveau.

      La sophrologie donne de bons résultat pour votre besoin.

      La méditation ne doit pas être forcée, faites vous aidez par un sophrologue professionnel, le reste viendra si c’est ce que vous désirez vraiment.

      @ bientôt

  14. je suis seule très seule
    . Merci pour le poème, je vis avec une carapace trop épaisse.Je me reconnais dans ce poème.J’ai découvert récemment l’existence d’un être intérieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

bannière-inscription-eveil-