L’éveil, la vie quotidienne est un livre ouvert

bannière-inscription-eveil-

Observez, écouter, ressentez

le livre de la nature,

votre livre

 

 

 

 

 

L’éveil un voyage au centre de vous même

Imaginer que vous devez vivre une expérience pour comprendre quelque chose qui vous permettra à vous et à votre famille d’accéder à un niveau de bien être supérieur.

Par amour et par dévouement, vous acceptez.

Alors on vous explique que cette expérience consiste à faire un voyage et que pour cela vous devez le faire en voiture.

Seulement voilà, vous ne savez pas conduire et vous ne savez même pas ce qu’est une voiture.

On vous explique aussi que vous ne serez pas seul et que d’autres comme vous seront du voyage, on vous dit également que vous pouvez et même vous devez vous entraider.

Vous voilà devant ce véhicule et on vous invite à monter dedans et à prendre la route.

Avant de vous laissez, on vous rappelle une dernière fois que vous n’êtes pas seul et que si vous souhaitez de l’aide vous pourrez demander et vous recevrez, mais que vous devez également apprendre à vous en souvenir.

 

Vous voilà dans la voiture, mais voilà, vous ne vous souvenez plus de rien, d’autres sont comme vous, tout autour, puis le mouvement des autres voitures commence et il devient dangereux pour vous de rester là immobile.

L’angoisse puis la peur prend possession de vous et vous fermez les yeux, vous dites «  pardonnez-moi, je ne peux pas, je ne sais pas et je vais mourir ici ».

 

Alors les klaxons retentissent encore plus fort, puis les insultes et même des bousculades.

Vous venez de vous souvenir que vous pouvez demander de l’aide et vous demandez, encore et encore et rien ne se passe.

 

Alors vous regardez autour de vous et vous voyez d’autres personnes comme vous dans le même état et vous éprouvez de la compassion pour eux, vous oubliez que vous êtes comme eux, mais qu’importe, vous devez faire quelque chose pour ces personnes.

C’est à ce moment qu’une voiture s’arrête à votre hauteur, le conducteur ouvre sa vitre et vous demande si tout va bien, vous lui répondez que vous ne savez pas comment démarrer et il vous dit de chercher la clé.

 

Vous chercher, vous ouvrez la boite à gant et vous trouvez la clé, alors vous démarrez la voiture. En levant la tête, vous criez aux autres personnes autour de vous comment faire

Et l’une d’elle vous répond ;

«  Oui j’ai compris, il y a un mode d’emploi dans la boite à gant »

 

Enfin vous allez pouvoir commencer votre voyage, il vous faudra apprendre bien des choses et vous allez subir bien des tourments, vous rencontrerez des personnes merveilleuses et d’autres biens dangereuses.

 

Petit à petit, au fil de votre voyage vous commencerez à maîtriser ce véhicule et vous éprouverez du plaisir à conduire mais avant cela il vous faudra tomber en panne d’essence, comprendre qu’il faut payer pour cela et que la quantité d’essence que vous pourrez vous payer détermine la distance que vous pourrez parcourir, finalement à cette allure vous n’arriverez pas au terme de votre voyage en ayant accompli tout ce que vous devez.

 

C’est un beau matin ensoleillé et vous décidez de ne pas rouler aujourd’hui, vous souhaitez faire le point de ce que vous avez appris et d’évaluer ce qui reste à accomplir.

Fatigué, vous vous rendormez et c’est un rêve qui vous réveille, finalement vous vous souvenez brièvement, mais une sensation persiste, vous pouvez y arriver, vous devez simplement vous souvenir.

 

Une autre voiture s’est arrêtée et vous décidez de demander à cette personne ou elle va.

Après avoir discuté et échangé pendant des heures elle vous fait un cadeau, c’est un plan, une carte routière.

Enfin vous allez pourvoir vous diriger correctement, enfin vous allez pouvoir vous situer, évaluer votre situation et le temps qui vous permettra de toujours savoir ou vous en êtes par rapport à votre destination et à la mission que vous devez accomplir.

Dans ce nouveau contexte, votre état d’esprit est plus serein et vous prenez plus le temps pour vous retrouver, fini le stress et l’angoisse de ne pas savoir ou l’on est ou si on va dans la bonne direction.

 

Avec le temps vous allez développer votre confiance en vous et vous permettre même quelques exploits.

Au fur et à mesure les souvenirs vous reviennent et vous comprenez de mieux en mieux ce que vous êtes venu faire dans cette aventure humaine.

 

C’est à votre tour d’aider les autres, comme vous l’avez fait lors de la découverte de la clé de contact qui vous à permis de démarrer, plus vous aider les autres et plus les choses sont évidentes pour vous.

Vous arrivez finalement à bon port et vous comprenez que si vous aviez tout su depuis le début, ce voyage n’aurait eu aucun intérêt…

 

Qui est la voiture ?

Qui êtes vous ?

Quel est ce voyage initiatique ?

 

Je vous laisse y répondre…..

bannière-inscription-eveil- banièrre-468x60-abon-conf

Incoming search terms:

    Comments

    commentez sur Facebook

16 Commentaires

  1. J’ai compris cela il y a peu..c’est une magnifique explication, métaphore, description…
    Je voudrai simplement partager une reflexion : à tous ceux et celles qui, comme je l’ai ressenti souvent, auraient préféré mourir que conduire, je voudrai dire qu’il faut toujours toujours garder à l’esprit que tout arrive pour une bonne raison, dans le bon ordre, au bon endroit. Ce qui nous déstabilise, ce sont nos petits carcans mentaux qui d’une part nous empêchent de nous détendre, et donc d’être patients, Et d’autre part de nous élever un peu au dessus des évènements de notre vie, de prendre du recul pour voir se dessiner une trame. Et quand je dis “s’élever”, c’est vraiment l’idée que je me fais. Arretez vous, élevez vous au dessus du dessin de votre vie, regardez à quoi elle ressemble. Tout prend forme. Et croyez ferme en cela, tout, chaque personne, chaque évènement, chaque lieu, chaque situation a sa place et sa raison d’être. Notre notion du temps nous étouffe, nous piétinons, nous voulons avancer plus vite. Mais la Vie, elle est harmonieuse, et se déroule dans l’équilibre de tout.
    Gardons confiance, toujours.
    Il y a deux ans, j’ai percuté la voiture de mon mari. (Avant on roulait à deux dans la même voiture, puis j’ai voulu une voiture pour moi toute seule. Alors mon mari a bien été obligé de s’en prendre une aussi à lui tout seul).
    Je l’ai bien cabossé. Même lui a été blessé. Et puis, il a réparé sa voiture tout seul, et il s’est enfermé à double tour dedans, et il a commencé à apprécier de conduire tout seul. Il a vu qu’il pouvait conduire sans moi sur le siège passager!!! Du coup, il a pris soin de sa voiture, alors qu’avant il ne nettoyait jamais la nôtre, la commune. Moi non plus, d’ailleurs, je ne prenais pas soin de notre voiture commune.
    Bref, un jour je me suis rendue compte que ma voiture à moi était bien, que j’avais fait un peu de trajet toute seule moi aussi comme une grande,mais que j’aimais aussi notre ancienne voiture commune.
    Alors j’ai dit à mon mari : “Viens, on recommence à faire la route ensemble”. Mais lui, sa voiture lui plaisait, et il a dit : ” ah non, moi j’ai une voiture maintenant, tu l’as bien abimée, je ne te laisserai pas tout cabosser encore, reste dans ta voiture ! J’ai trop peur que tu me blesses encore”.
    Bon, là, autant vous dire que j’ai pris un mur de face.
    Plein d’autres voitures ont croisé ma route pour m’aider, personne n’a réparé ma voiture à ma place, mais tous les autres automobilistes m’ont appris comment réparer ce qui était cassé.
    Quand j’ai eu fini, de réparer ma voiture, je me suis rappelée que notre voiture commune était restée sur le bord de la route un jour.
    Et comme je savais comment réparer une voiture, depuis que j’avais réparé la mienne, ben j’ai soulevé le capot de la voiture commune pour voir un peu ce qu’il fallait arranger. Y’avait du boulot les amis!!
    Mais pendant ce temps, la voiture de mon mari aussi avait quelques pannes. mais lui, il restait enfermé dedans, alors il ne risquait pas de sortir de sa voiture pour aller voir sous SON capot à lui.
    Et un jour je lui ai dit : “écoute j’ai déjà réparé ma voiture, j’ai commencé à réparer la nôtre, qu’est ce que tu en penses si je t’aidais à réparer la tienne aussi? je ne dis pas que je vais tout savoir faire, mais peut etre que je peux commencer par t’aider à regarder quelle est la panne?”.
    Donc, ça fait juste deux semaines, après notre accident d’il y a deux ans, qu’il a arrêté sa voiture au bord de la route, à côté de la mienne et de la voiture commune, et qu’il a ouvert sa portière pour me laisser une chance de l’aider.

    Bon, nous allons y arriver, parce que nous avons aussi trois petits vélos qui nous suivent…et qui attendent qu’on leur montre le chemin…

    • Se livrer de la sorte fait plaisir à lire.

      Tu es une très belle personne et je pense que tu as compris l’essentiel.

      C’est quand on arrive en haut de la montagne que l’on apprécie le chemin parcouru
      finalement les passages difficiles sont autant de bons souvenirs que la vue
      merveilleuse du coucher de soleil sur la vallée.

      Merci Sophie pour ce cadeau

    • Bonjour Sophie, et merci pour ce magnifique message

      • Bonjour Carole, et merci.
        Heureuse que ce message vous ait touchée.
        Bien que ce ne soit qu’un condensé rapide d’un loooooooong chemin…
        Bonne journée
        Bien à vous.

  2. Je voudrai juste rajouter, que lorsque j’ai percuté le mur de face et que des voitures s’arrêtaient parfois les automobilistes m’aidaient, mais parfois c’est moi qui leur prêtais des outils pour les dépanner. Ca alors, c’était fantastique, parce que du coup, il y avait toujours quelque chose qui se mettait à refonctionner sous mon capot. Et puis rajouter aussi que dans ma boite à gants, j’ai mis quelques cartes pour la route : il y en a une qui s’appelle “Eveil personnel coaching – Saturez votre esprit de positivité”, une autre “Conversation avec Dieu”, et une autre “Le Pouvoir de Rhonda Byrne”. Quand je vois que je commence à me perdre sur des sentiers tordus, je reprends mes cartes. 😉

  3. Salut Enzo,

    Ta métaphore est vraiment super ! je pense que je la réutiliserai pour appuyer mon discours, si tu me le permets, c’est ce genre d’articles que j’aimerai plus lire sur certains blogs ! Peut-être aussi parce que je suis plus dans le visuel, d’ailleurs je suis étonné qu’il ne soit pas plus commenté que ça…

    Bref, quand j’étais môme je pensais ne jamais réussir à conduire, car je trouvais ca compliqué, et comme tout s’apprend et qu’on s’habitue à tout, je suis devenu un pilote de compétition quelques années plus tard. Comme quoi les phobies de mômes peuvent aussi pousser de l’avant !

    Au plaisir,

    Jordane
    Jordane de MonBonPote Articles récents…Agir par gentillesse sans attendre de reconnaissance (Vidéo Inside)My Profile

    • Salut Jordane,

      Oui j’avoue que cette métaphore me plait aussi beaucoup,
      d’ailleur j’ai était surpris quand je l’ai écrite, et je sais pourquoi,
      Le coeur à parlé ce jour là…

      Tu as raison de souligner que l’on peut dépasser ses peurs,
      quelque fois c’est même un moteur, une récompense.

      D’ailleur ce n’est pas quelques fois, mais toujours comme cela.

      La peur est une amie, c’est y céder qui n’est pas permis (de conduire)

      A bientôt ami

  4. Parfaite comme explication,maintenant (encore ce “maintenant” )il faut appliquer ;prier pour moi pour je puisse réussir,MERCI infiniment mrs ENZO!

  5. Merci Sophie, Merci Enzo

    Pour ma part je ne suis même plus sûre d’avoir une voiture à conduire…

    • Dis donc Emma, c’est quoi cette baisse de moral

      Vient m’en dire plus en message privé, passez pas la page contact
      ou directement sur mon mail, celui par lequel vous recevez les newsletter

      A bientôt

  6. Bonjour Enzo,

    Est-ce que vous avez atteint l’éveil kundalini ?
    Si oui, pourriez-vous répondre à cette question svp :
    – si nous créons absolument tout ce qui est autour de nous, alors dans l’échange humain : est-ce moi qui suis entrain de vous percevoir en tant que tel, ou est-ce vous qui êtes entrain de me percevoir ?
    Je n’arrive pas à intégrer cette notion…
    Si vous êtes ma conscience, alors au moment où je vous parle, je suis aussi votre conscience ?
    Mais au moment où nous nous parlons, avons nous chacun un caractère individuel propre, où êtes-vous exactement tel que mon inconscient voudrait vous percevoir ? Et donc qu’en fait, votre expérience humaine à ce moment-ci est ailleurs, avec votre propre conscience et vécu (même si nous ne sommes qu’une même et unique conscience au final)
    Je ne sais pas si je me fais comprendre…

    Merci Enzo, de prendre tout ce temps pour répondre aux questionnements des uns et des autres….
    Amicalement,

    • Bonjour Anna,

      Pour ce qui est de l’éveil Kundalini,
      je ne sais pas ce que c’est ne l’ayant pas vécu
      et ce n’est pas non plus mon but.

      Je suis dans l’accueil et le lâcher prise.

      Pour vos autres questions très pertinentes,
      Je suis qui je suis et vous êtes qui vous êtes,
      vous me permettez de recevoir ce que vous me donner
      et vice versa.
      Nos consciences sont connectées parce que vous me recevez
      comme je vous reçois.

      Votre perception est fonction de vos croyances
      et de votre programmation interne, changer celles-ci
      et votre perception change également.

      Vous êtes unique et tout à la fois, tout dépend
      de là ou vous vous positionnez pour observer ce qui est.

      Mais la base de toute perception est constituée par vos schémas de croyance
      ou/et de connaissances + votre positionnement en tant qu’observateur et le rôle
      que vous vous donnez en tant qu’expérimentateur.

      En tous les cas je ne suis pas dans votre tête, si vous me lisez
      c’est que vous avez posez une intention qui vous à mener ici
      pour recevoir ou/et vous aidez à trouver la réponse…

      Merci à vous Anna

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

bannière-inscription-eveil-